Bowie Wong Haute Couture 2016

Bowie Wong a présenté sa collection sans un cadre luxueux à l’hôtel Peninsula situé à quelques pas des Champs-Elysées, clin d’oeil à ses origines. Né à Hong-Kong et fils d’une chanteuse d’Opéra dont la carrière influença son parcours, le créateur étudie le design au Japon puis au Canada avant de s’installer définitivement à Sydney, en Australie où il lance sa première collection en 2000. Après avoir exclusivement travaillé sur les costumes de scène, il s’attaque en 2011 à la couture pour la Fashion Week australienne et finit par accéder à la Paris Haute Couture Fashion week en 2014.

Son travail garde toujours la marque de ses expériences passées. Art de la scène, scénographie, costume, ses collections sont des spectacles, ses créations parlent.
Capture d’écran 2016-02-15 à 15.34.04
Pour l’automne-hiver 2016, Bowie Wong met en scène dans un esprit japonisant et régressif, des silhouettes aux allures d’héroïnes de manga tout en sortant des sentiers battus. Le défilé commence dans une atmosphère particulière, au ralenti, musique calme. Loin du cliché pop et dynamique que donnent les animés japonais, les mannequins défilent avec une lenteur extrême, visages dénués d’expression. Le créateur revisite les uniformes japonais tout en volume et en largeur, rajoutant des perspectives intéressantes par l’utilisation de matières rigides et modernes. Exit les plis monotones, place aux rayures et aux tissus filets. Seules trois couleurs sont utilisées : le rouge, le noir et le blanc. Alphabets et chiffres se matérialisent sur les colliers ainsi que les serre-tête aux côtés des rubans et des sempiternelles
chaussettes indissociables des traditionnels uniformes d’écolières.
La collection surprend par son côté osé. Les tenues sont difficiles à porter mais le travail et la technique est intéressante. Les avis à la sortie du défilé sont partagés. Certains ont trouvé la collection « trop bizarre », d’autres « absolument géniale, rafraichissant ». Ce que l’on retient, c’est que la collection surprend autant par son côté décalé que par la mise en scène troublante. Les tenues semblent difficiles à porter dans la réalité mais l’esprit reste fidèle à Wong.
Pour retrouver l’intégralité du défilé: https://www.youtube.com/watch?v=klnFv39uf_0

Lisa Kim Durand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s